Innovations sociales

De Intercoop.

Sommaire

Autour de l'innovation sociale

Qu'est ce que l'innovation sociale?

Il semble utile de définir ici ce que l'on entend par innovation sociale. La section Problématique apporte une réponse. Mais il serait bon de préciser, de donner des exemples. Est ce que, par exemple, un réseau social au sein de l'entreprise constitue une innovation sociale? On pourra partir de l'article sur l'innovation dans wikipedia qui comporte un chapitre sur l'innovation sociale ou inclusive [1] de wikipedia. Cet article mentionne une publication sur l'innovation sociale au Québec. Voir aussi l'article en anglais sur l'innovation sociale.

Au Québec s'est constitué le réseau québécois en innovation sociale: RQISqui a produit un rapport sur les acteurs et processus d'innovation sociale au Quebec. Ce rapport définit ainsi l'innovation sociale: "toute approche, pratique, intervention ou encore tout produit ou service novateur ayant trouvé preneur au niveau des institutions, des organisations ou des communautés et dont la mise en œuvre résout un problème, répond à un besoin ou à une aspiration." L'Université du Québec à Montréal héberge un centre de recherches sur les innovations sociales (Crises) A noter une publication déjà ancienne en France: Chambon, J.-L, David, A. and Devevey, J.-M (1982), Les Innovations Sociales, Presses Universitaires de France, Paris

Aux Etats-Unis existe depuis 2003 la Standford Social Innovation Review. L'innovation sociale y est définie comme le processus d'invention, d'apport de soutien et d'implémentation de solutions innovantes aux besoins sociaux. Suivant cette définition, l'entreprise privée Domplus fait de l'Innovation sociale. Dans un article d'automne 2008 l'innovation sociale est définie ainsi "a novel solution to a social problem that is more effective, efficient, sustainable, or just than existing solutions and for which the value created accrues primarily to society rather than private individuals". La revue cite dix exemples: École sous contrant, planification centrée sur la communauté, les ventes de droit à polluer, le commerce équitable, les plans de conservation de la faune, l'épargne complétée par de l'argent public pour financer des investissements, les droits internationaux du travail, la micro-finance, les investissements générant des bénéfices financiers et sociaux, les emplois aidés pour les handicapés, ou sans ressources. (SSIR, automne 2008 p. 40)

En Autriche il y a Le Centre social pour l'Innovation une association à but non-lucratif qui a notamment été un des partenaires européens du projet "Comment utiliser les logiciels sociaux dans l'enseignement supérieur".

On trouve sur la page une série de centres sur l'innovations sociales dans plusieurs pays.

En Espagne, l'école ESADE de Barcelone accueille un centre de recherche sur l'innovation sociale (IIS) Institute for Social Innovation qui développe des connaissances et des compétences sur ce sujet au sein des entreprises et des Organisations Non-Gouvernementales pour renforcer leurs activités à contribuer à un monde plus durable et plus juste. Les stratégies d'entreprises, l'engagement des parties prenantes, le leadership et le management des ONG et de l'Entrepreneuriat Social sont autant de thématiques de travail qui intéressent l'ISS.

Le sujet de l'innovation sociale intéresse de plus en plus de monde, y compris le monde du marketing et de la communication


Note Il serait intéressant de contacter le groupe Crises et voir par exemple s'il inclut RQIS L'organigramme de Crises est impressionnant.

Un répertoire d'innovations sociales est en cours d'élaboration

Problématique

Les usages des outils du numérique sont en voie de généralisation, élargissant les échanges possibles entre personnes et les interactions nous reliant au monde qui nous entoure et aux multiples réseaux auxquels nous participons.

Dans le même temps, notre société est confrontée à la nécessité d'une transformation sociale et écologique profonde qui permette de faire face aux dérégulations des spéculations et à l'absence de prise en compte à moyen terme de l'impact des activités humaines sur la planète où l'environnement, les ressources non renouvelables et climat sont mis en péril.

Cette transformation en gestation croise une économie mondialisée qui doit réintroduire le local, a besoin de nouvelles régulation économiques, industrielles, humaines dans un contexte où se développent les productions numériques à coût quasi nul d'échange et de diffusion reliant toutes les parties du monde.

Aujourd'hui à travers l'usage des outils du web collaboratif, la prise en compte de la mobilité émergent des innovations sociales telles le travail collaboratif, la co-production de contenus, l'échange entre pairs, la pluri-activité, la transparence de l'action publique ..

De l'école à la collectivité publique de l'association aux entreprises ces innovations présentent des traits communs autour de valeurs d'échanges, d'élargissement des biens communs.

Mais comment faire émerger, développer ces innovations à l'échelle des territoires locaux ?

Comment les innovations sociales qui émergent peuvent elles aider à traiter les questions d'une vie en société confrontée au monde fini des ressources et à des inégalités croissantes ?

C'est plus en forme d'interrogation en invitation à une discussion ouverte que cette introduction illustrée par quelques démarches locales au pays de Brest vous invite.

Bibliographie

  • L'innovation sociale : Emergence et effets sur la transformation des sociétés (Broché)

de Juan-Luis Klein (Auteur), Denis Harrisson (Auteur), Collectif (Auteur)

Présentation de l'éditeur

L'innovation est à la mode. Selon les experts, le passage à une société ou à une économie du savoir met les collectivités au défi d'augmenter leur capital cognitif, voire d'innover. Cependant, les études sur l'innovation et la créativité ont montré que la présence de technologies très innovatrices ne suffit pas pour générer des sociétés dynamiques dans lesquelles les acteurs économiques et sociaux peuvent s'épanouir et donner libre cours à leur potentiel créatif. Cet ouvrage propose de revoir le concept d'innovation en plaçant la société, voire le social, au centre de son analyse. Les auteurs y posent les jalons théoriques nécessaires pour aborder les innovations sociales comme facteur de changement social et pour les situer dans leur contexte économique et technologique. Ils exposent ensuite des dynamiques sectorielles croisées qui témoignent de l'émergence d'innovations dans la façon de résoudre des problèmes sociaux et explorent les modalités de diffusion des nouvelles pratiques. Puis, ils analysent certaines expériences et leurs effets sociaux et politiques dans certaines sociétés (Royaume-Uni, Suisse, Argentine et Québec) et, à travers la présentation des axes d'un programme de recherche, étudient les innovations sociales dans trois champs fondamentaux : 1) travail et emploi, 2) conditions de vie, 3) développement et territoire. En analysant les expérimentations qui prennent place dans des organisations, les auteurs montrent comment les conduites innovantes se généralisent et contribuent au changement social.

Biographie de l'auteur Juan-Luis Klein est professeur titulaire au Département de géographie de l'Université du Québec à Montréal et directeur adjoint du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). Denis Harrisson est professeur titulaire à l'Ecole des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal et directeur du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES).

  • Les Innovations sociales. 1ère édition. CHAMBON (Jean-Louis), DAVID (Alix) et DEVEVEY (Jean-Marie). Collection Que sais-je? 1982

Des exemples d'innovations sociales

A la rencontre d'Autrans 2011

Atelier 2 travailler en réseau

A la rencontre d'Autrans 2010

Avertissement Je suis plus habitué à écrire après que le projet soit réalisé qu'avant .. et là nous en sommes plus aux prémisses de ces processus de mise en réseau des innovations sociales.

Ce qui m'intéresse c'est d'apprendre à les qualifier, les cerner et comment les mettre en valeur, les élargir ? mais je suis au début de cette compréhension ..

C'est un questionnement illustré par quelques exemples brestois (sites participatifs, biens communs, réseaux collaboratifs, co-formation, transparence de l'action publique ) qui est proposé

Merci de vos éclairages et de vos remarques

Contribution Michel Briand

Nous sommes habitués au fil de l'évolution d'Internet à l'innovation des technologies chaque année de nouveaux outils, fonctionnalités émergent tel actuellement l'internet en mobilité (cf session de ce matin).

Et avec les nouveaux outils, de nouveaux usages qui sont à Autrans un de nos centres d'intérêts. C'est ce que nous ont montré depuis deux ans par exemple les explorateurs du web autour des usages puis des scénarios d'usage du web 2.

Le rythme d'appropriation des outils s'est accéléré quand on pense aux dizaines d'années nécessaires pour la diffusion du téléphone fixe de nos parents ou des premières télévisions il n'aura fallu que quelques années aux jeunes pour s'approprier les blogs et moins de trois ans pour assurer la large diffusion de facebook.

Ces outils et usages peuvent modifier profondément l'organisation du travail et je voudrais donner ici 4 exemples

  • Sesamath et l'implication de 3 000 profs
  • Telabotanica un travail en réseau qui interpelle l'action publique
Il nous manque une analyse de ces histoires qui marchent

(alors qu'il y a beaucoup de colloques sur l'e-democratie)

Mais pour autant est de que cela change l'organisation du travail de l'école de la collectivité ?

Aujourd'hui les modes d'enseignement ont peu évolué, dans les collectivités le mél et les documents numériques se sont généralisés mais l'organisation verticale prédomine. L'innovation technologique ou des usages n'entraine pas nécessairement une réforme profonde des cultures organisationnelles.

Je voudrais ici m'intéresser aux liens entre innovations sociales et innovations technologiques.

Le numérique impacte profondément l'économie en accélérant les processus de mondialisation et en favorisant les spéculations. On le voit bien dans tous les industries qui traitent d'objets numériques : logiciel, musique, demain du livre On la malheureusement vu dans le domaine des monnaies et de la finance Tous ces jeux entre monnaies virtuelles, ces échanges 100, 1000 fois plus importants que les échanges réels avec tous les abus qui leurs ont liés sont même l'une des causes de la crise actuel.

Et c'est dans le contexte d'aujourd'hui, que je voudrais situer cette réflexion. Les usages des outils du numérique sont en voie de généralisation, (98 % des collégiens selon une enquête exhaustive à Brest en 2009) élargissant les échanges possibles entre personnes et les interactions nous reliant au monde qui nous entoure et aux multiples réseaux auxquels nous participons.

Dans le même temps, notre société est confrontée à la nécessité d'une transformation sociale et écologique profonde qui permette de faire face aux dérégulations des spéculations et à l'absence de prise en compte à moyen terme de l'impact des activités humaines sur la planète où l'environnement, les ressources non renouvelables et climat sont mis en péril.

Cette transformation en gestation croise une économie mondialisée qui doit réintroduire le local, a besoin de nouvelles régulation économiques, industrielles, humaines dans un contexte où se développent les productions numériques à coût quasi nul d'échange et de diffusion reliant toutes les parties du monde.

Aujourd'hui à travers l'usage des outils du web collaboratif, la prise en compte de la mobilité émergent des innovations sociales telles le travail collaboratif, la co-production de contenus, l'échange entre pairs, la pluri-activité, la transparence de l'action publique ..

On voit bien le potentiel des outils du web 2 mais leur diffusion est très lente. A chaque fois qu'à Brest nous voulons présenter ces outils aux agents de la collectivité nous avons à prendre en compte les réticences d'une DIT qui voit les nouveaux outils comme de nouvelles charges de travail, une organisation générale réservée face aux fonctionnements transversaux et à la co-production.

C'est là ma première question comment au sein d'une entreprise d'une collectivité avoir cette attention à l'innovation qui peut modifier la façon de travailler ?

Ne faut-il pas imaginer un bureau de l'innovation qui facilite des expérimentations,accompagne un essaimage ?

De l'école à la collectivité publique de l'association aux entreprises ces innovations présentent des traits communs autour de valeurs d'échanges, d'élargissement des biens communs. Une illustration sur quelques exemples Brestois

l'animateur médiateur

Comment faire émerger, développer ces innovations à l'échelle des territoires locaux ? 
  • des centres de ressource ?
  • une maison de l'innovation ?
  • des portails ?
avec l'importance de l'animation et du rôle clé des médiateurs qui croisent innovation sociale et technologique 

Et dernier volet qui me tient à coeur mais pour lequel nous sommes en apprentissage

Comment les innovations sociales qui émergent peuvent elles aider à traiter les questions d'une vie en société confrontée au monde fini des ressources et à des inégalités croissantes ?


C'est l'émergence d'initiatives qui pensent autrement la vie en société

  • les AMAP
  • les initiatives d'habitat groupé, d'éco construction, d'eco quartiers
  • les cartes eco-citoyennes
  • les recycleries, l'objet pensée en terme de vie durable dés sa création
  • les initiatives de travail depuis sa commune

et qui s'inventent au quotidien

Avec la difficulté d'une animation d'un croisement de ces réseaux à co-construire

Contribution de Bruno Oudet

Que retirer des recherches menées sur l'innovation dans les entreprises?


L'innovation au sein des entreprises est un des grands sujets des chercheurs sur les entreprises. L'"Innovation Sociale" gagnerait à voir s'il n'y a pas des démarches, des idées que l'on pourrait récupérer.

  • Il y a d'abord le rôle de "la veille", l'observation des bonnes pratiques. Elle est incontournable en entreprise et dans le système social. L'association Créatif avec ses guides joue en partie ce rôle. Il y en a d'autres qui mériteraient d'être cités ici (c'est un appel à contribution). Au niveau des entreprises on peut signaler l'étude très récente apportée à Autrans 2010 par Michel Declunder (un des auteurs de l'étude) Apprendre par l'exemple
  • Il y a aussi à récupérer ce concept d'innovation ouverte dont on parle beaucoup en gestion. Un exemple connu l'illustre. Le PdG de Procter & Gamble demande à sa direction recherche de trouver 50% des innovations en dehors de l'entreprise et de vendre sur le marché 50% de ses propres innovations. On pourrait imaginer que les collectivités territoriales se livrent à la même démarche. Importer pour 50% de leurs innovations les bonnes pratiques qui viennent d'ailleurs (y compris de l'étranger).
  • On peut aussi regarder les résistances à l'innovation, comment les détecter, les contourner. Ici encore il y a des points communs
  • On peut enfin regarder l'innovation par (succession de prototypes). Plutôt que d'attendre les conclusions d'une longue étude et la mise en œuvre d'un plan d'ensemble, on gagne souvent à avancer par petits pas.

On peut d'on rêver d'"innovations sociales ouvertes" que l'on devra s'approprier des bonnes pratiques de collectivités qu'elles soient de gauche ou de droite.

Quelques liens

Rencontres initiatives

Dans les territoires

  • Bruxelles le Hub plateforme d’innovation sociale vient d'ouvrir

Villes et innovation

Autour de l'innovation

Innovation et Education