Le copyleft appliqué à la création hors logiciel, Une reformulation des données culturelles ?

De Intercoop.

55px Portail

Creative Commons et droits d'usage élargis

Il y a actuellement 124 articles liés à ce sujet.

  • Droits d'utilisation : Autre
  • Auteurs : Antine Moreau
  • Editeurs : Université Sophia-Antipolis
  • Type pédagogique : Etude
  • Mots clés : art libre, creation culturelle
  • Date de publication : 2011/05/12
  • Description : un lien sur l'article en attendant l'url de la thèse

le résumé de la thèse Le copyleft est une notion juridique issue des logiciels libres qui autorise, dans le respect des droits de l’auteur, la copie, la diffusion et la transformation des oeuvres avec l’interdiction d’en avoir une jouissance exclusive. C’est le projet GNU de la Free Software Foundation initié par Richard Stallman avec la première licence libre copyleft pour logiciels : la General Public License.

Notre recherche concerne le copyleft appliqué à la création hors logiciel telle que nous l’avons initiée en 2000 avec la Licence Art Libre. À travers la pratique que nous en avons et par l’observation de ses effets, nous nous interrogeons sur la place de l’auteur à l’ère du numérique et de l’internet. Nous découvrons une histoire, une histoire de l’art, qui n’est plus déterminée par une fin mais qui débouche sur des créations infinies réalisées par une infinité d’artistes mineurs et conséquents. Nous observons que le copyleft n’est pas un processus de création ordinaire, mais de décréation. Il s’agit d’affirmer, par la négative et la faille, non la négation ou la faillite, mais la beauté d’un geste qui s’offre gracieusement. Ce geste conjugue éthique et esthétique, il est « es-éthique ». Nous comprenons qu’avec le copyleft, la technique est au service d’une politique d’ouverture « hyper-démocratique », à l’image de l’hypertexte du web qui troue les pages et ouvre sur l’altérité. Il s’agit d’articuler le singulier au pluriel en un écosystème qui préserve le bien commun de la passion du pouvoir. Une économie élargie excède, sans le nier, le seul marché.

Des oeuvres copyleft affirment cette réalité politique et culturelle où l’art forme la liberté commune à tous et à chacun.